Jeune Flaneur

Le blog d'un parisien qui te parle mode homme, lifestyle, voyage et culture.

Voyager en Andalousie : Séville

La flâne s'invite à Séville

Séville, troisième et dernière étape de notre aventure en Andalousie. Cette grande ville était pleine de promesses. Cordoue ayant été notre coup de cœur, il fallait que cette escale fusse aussi intéressante que la précédente.

Les nombreux points d’intérêts tels que l’Alcazar, la cathédrale de Séville ou la place d’Espagne sont autant de lieux qui nous promettaient un magnifique spectacle.

Le quartier de la macarena

Le point d’ancrage de ce voyage fut l’hôtel Sevilla Macarena. Un superbe hôtel se situant aux abords du centre historique. La chambre nous offrait une remarquable vue sur la très colorée, basilique de la Macarena et les anciens remparts de la ville. Sur l’autre versant, l’hôtel fait face à l’imposant parlement d’Andalousie. Ainsi, malgré la situation géographique de notre hébergement qui nous apparut assez excentré, la vue et le service que nous offrit celui-ci, venaient compenser.

Vue sur les murailles et le centre historique depuis notre chambre à l'hôtel Sevilla Macarena.

Vue sur les murailles et le centre historique depuis notre chambre à l'hôtel Sevilla Macarena.


Façade de la cathédrale de la Macarena.

Façade de la cathédrale de la Macarena.

Néanmoins, la localisation de l’hôtel fut un prétexte aux promenades quotidiennes à travers la vieille ville afin d’atteindre le centre historique. A l’instar de nos précédentes destinations, les rues furent caractéristiques de l’ambiance et de l’architecture pittoresque de l’Andalousie et des villes du sud. Le climat chaleureux et ensoleillé ne faisant que rendre plus agréable nos visites. Aux heures de fortes chaleurs, les rues étaient désertes, Séville devenant ainsi une ville fantôme jusqu’à la nuit tombée.

Rue colorée typiquement andalouse à Séville.

Rue colorée typiquement andalouse à Séville.

Le palais de las duenas

Nos balades à travers la vieille ville fut le moment d’un constat : Séville compte un nombre incalculable d’églises. Ces dernières étaient littéralement présentes à tous les coins de rue. Parmi elles, certaines faisaient parties d’ensembles plus imposants et jouxtaient alors des lieux d’intérêts à l’instar du Palacio de Las Duenas. Cette résidence appartenant à l’une des familles les plus anciennes de Castille ne payait pas de mine aux premiers abords et pourtant ce fut l’une de nos plus belles visites à Séville. Des salons décorés, de grandes cours jonchées de jardins et bassins et des écuries. Ce palais mettait ainsi en scène la noblesse espagnole d’Andalousie à travers l’architecture et la décoration intérieure.

Patio principal du palais de Las Duenas.

Petit patio annexe au sein du palais de Las Duenas.

Cependant, la ville ne nous avait pas encore montré toute sa splendeur. Il fallut nous enfoncer dans la vieille ville afin de nous retrouver dans le centre historique.

Longeant les rives du Guadalquivir, le fleuve nous emmena alors au pied du très luxueux hôtel Alphonse XIII.

Façade de l'hôtel Alfonso XIII.

LE REAL ALCAZAR DE SEVILLE

Ce dernier faisait face au fameux Real Alcazar de Séville. Cet ensemble palatial majestueux donnait à voir ce qu’était la définition même d’un palais royal sous les califes musulmans puis sous les rois chrétiens d’Espagne.

Vue à travers une voûte de l'entrée de l'Alcazar de Séville.

Il est d'ailleurs encore utilisé aujourd’hui par la famille régnante. Le Real Alcazar est le parfait témoignage de la présence musulmane et des transformations architecturales entreprises à l’arrivée des chrétiens.

La cour des demoiselles dans l'Alcazar de Séville.

La cour des Demoiselles dans l'Alcazar de Séville.

Ornement mural de la cour des demoiselles dans l'Alcazar de Séville.

Mur de l'Alcove Royal à l'Alcazar de Séville.

Un savant mélange de genres et d’influences mettant en forme un magnifique palais et ses immenses jardins d’une singulière tranquillité.

Vue sur les jardins de l'Alcazar depuis la galerie des Grotesques.

Pavillon de Charles Quint situé au milieu des jardins de l'Alcazar de Séville.

Ces derniers sont coupés en deux par un long couloir surélevé : La galerie des Grotesques. Une promenade à l’abri du soleil nous offrant un superbe panorama sur les façades du palais. Ce point de vue nous permit alors de nous rendre compte de la grandeur des jardins.

Le bassin de Mercure avec vue sur la galerie des Grotesques.

Bains maures situés dans l'Alcazar de Séville.

Bains maures de l'Alcazar.

la CATHEDRALE DE SEVILLE

Par ailleurs, l’Alcazar n’est pas le seul lieu d’intérêt imposant. En effet, lui faisant face, la plus grande cathédrale gothique du monde : la Cathédrale de Séville. Cette dernière se distingue par son caractère gigantesque que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur. Elle aussi, comme la mosquée-cathédrale de Cordoue, fut d’abord une mosquée avant d’être transformée en cathédrale.

Façade de la Cathédrale de Séville avec sa Giralda.

Plafond et voûtes de style gothique de la Cathédrale de Séville.

le parc maria luisa et la place d'Espagne

A quelques pas de ce gigantesque lieu de culte se trouve un parc tout aussi impressionnant. Le parc Maria Luisa. Ce dernier s’étend sur de nombreux hectares à l’écart de la cacophonie du centre historique.

A l’entrée la majestueuse place d’Espagne. L’une des plus belles places qu’il m’ait été donné de voir. Un palais entoure cette place qui se caractérise par sa forme semi-ovale, abritant des bassins surmontés de ponts très décorés. Le palais est ornée tout du long de sièges eux aussi très travaillés.

Vue sur le palais de la place d'Espagne et son petit lac.

Les décorations très colorées de la place d'Espagne à Séville.

Le parc Maria Luisa offrait alors une balade paisible au travers de ses immenses allées arborées à l'abri de la chaleur et peu fréquentées. Aux détours de ces dernières, il n’était pas rare de tomber sur de grands bassins, des lacs, fontaines et autres points d’eau. Chacun d’eux étant accompagné de points de repos et autres petits pavillons de chasse.

La fontaine aux lions située dans le parc Maria Luisa à Séville.

La fontaine aux lions.

ce que je retiens de ce voyage ...

En somme, Séville se présenta à moi comme la quintessence de la ville andalouse. Une magnifique façon de clôturer ce voyage. Les influences musulmanes se mêlant aux transformations chrétiennes donnèrent à ce haut lieu historique et culturel une beauté caractéristique de la région. L’importance royale qu’acquit la ville, ne rend que plus raffinés et majestueux l’architecture et les monuments de cette dernière.

Le Teatro Lope de Vega Sevilla qui fait face à l'université de Séville et au parc Maria Luisa.

Le Teatro Lope de Vega.


Le Metropol-Parasol à Séville.

Le Metropol-Parasol.

Tout ces éléments laissèrent alors notre imaginaire se saisir du rayonnement incontournable qu’eut cette ville.

J'espère que ce récit de voyage t'as plu. Si c'est le cas tu peux me faire part de ton avis et t'abonner à ma newsletter pour être notifié de la sortie de mes articles.

N'hésite pas aussi à me suivre sur Facebook et Instagram afin de te tenir au courant de toutes activités. 

Flânement vôtre, 

Imran

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2018 Jeune Flaneur

Theme by Anders Norén