Jeune Flaneur

Le blog d'un parisien qui te parle mode, lifestyle, voyage et culture.

Itinéraire d’un flâneur

« Les apparences sont parfois trompeuses. »

Cette citation ne m’a jamais paru aussi véridique depuis que je côtoie ce microcosme qu’est Paris.
En effet, j’avais passé 18 ans à Vitry sur Seine, ne sortant que très peu en dehors de cet univers au delà du périph’. Quelles raisons avais-je, pour bien vouloir en sortir ? J’y avais tout, mes amis, ma famille, mes activités, mes habitudes. Paris était tel un voisin que l’on croise mais à qui on n’adresse jamais ou très peu la parole. On se « côtoie » sans se connaître, sans se comprendre, sans interagir. Mes seules sorties sur Paris se résumaient alors qu’à des sorties scolaires, des occasions spéciales, des rendez vous. Au fond, « Paris c’est loin ». Du moins ça l’était jusqu’au moment où j’entrais à la fac.

Ainsi, lorsque je m’immisçais dans ce monde, j’avais la tête pleine de stéréotypes, d’idées reçues. Mon imaginaire à propos de cette ville et de ses habitants était nourri par ces 18 ans de vie en banlieue. Ces clichés allaient alors crescendo lorsque j’appris que j’allais côtoyer la fameuse et célèbre université de la Sorbonne, encensée par tous, qui tenait et tient toujours dans l’imaginaire collectif une place de choix.
Mes nouvelles rencontres et ma vie étudiante transformèrent alors toutes mes idées sur Paris et sur les parisiens en général.

Cette transformation fut le moment d’une prise de conscience puis d’un constat, celui d’une fascination mutuelle de ces deux groupes, de ces deux milieux qui s’observaient, s’inspiraient, sans se comprendre ni interagir. Les banlieusards, eux, fascinés par la richesse culturelle, sociale et financière de ces parisiens bobo hipster qu’ils déprécient et pourtant qu’ils envient. Lorsque les parisiens, eux, sont fascinés par la (contre)culture underground, street, hip-hop inhérente aux banlieusards, «ces racailles » qui leurs inspirent pourtant le chaos, la violence. Ayant réalisé cet état de fait, je me rendis compte, que moi, au milieu de tout ça, en dehors des clivages, j’étais fasciné par ces deux milieux que je côtoyais.

Et c’est là que je me suis rendu compte que l’habit ne fait pas le moine. Enfin, si, il fait le moine, celui que l’on a choisi d’être.
Depuis un certain temps déjà, je faisais attention à ma manière de me vêtir. Et c’est cette attention particulière pour mon « apparence » qui me permis entre autre d’intégrer ce monde. Bien que je ne sois personne, mon style et mon attitude animaient alors un imaginaire autour du jeune banlieusard que je suis. Les gens se faisaient des idées sur moi, au travers de mon apparence.

« Au départ, je n’osais pas te parler, ton attitude, ta manière de t’habiller te faisait paraître arrogant voire méchant » m’a dit un ami lorsque l’on évoqua notre rencontre. « Toi t’as grandi en cité ? Mdr j’aurais jamais cru, sapé comme t’es ».
« T’es sérieux tu connais tel mec ? J’pensais pas que tu côtoyais ce genre de personne ou même ce genre de milieu »
« Un ami pensait que tu étais un aristocrate ou un enfant de diplomate ».

Donc oui, la manière de s’habiller crée et nourrit un imaginaire autour de la personne.

C’est une seconde peau. Une peau que l’on se choisit. Le style vestimentaire permet et m’a permis de m’extraire de l’image type et stéréotypée du « rebeu » de banlieue qui a grandi en cité. Mon style m’a permis de trouver mon identité, ma voie. Au delà de la casquette d’étudiant parisien, au delà de la casquette du jeune de banlieue, j’étais devenu moi à l’orée de ces deux mondes.

J’en suis donc venu à la conclusion que finalement, nous sommes chacun maître de notre image dans ce monde où prime l’apparence. Finalement, le fait d’être au contact de gens qui ne me ressemblaient pas, m’a donné l’envie de devenir moi-même.

Imran

 

Previous Post

17 Comments

  1. Johnny John 27 mars 2017

    Keep going !
    Une superbe plume et un discours transcendant !
    Vivement la suite 😉
    Flânement vôtre,

    • Imran Yazidi 27 mars 2017 — Post Author

      Merci beaucoup John !
      Ravi que ma plume et mon discours ait pu te transcender ahah
      Le “Flânement vôtre” deviendra mien !
      Imran.

  2. Credo Lawson 27 mars 2017

    Tu as vraiment un parcours que j’admire, et je m’identifie parfaitement à tes propos. Tu écris bien, j’espère voir d’autres post prochainement.

    • Imran Yazidi 27 mars 2017 — Post Author

      Merci beaucoup Credo !
      Ca me fait énormément plaisir que mon article ait pu te toucher !
      J’espère que les prochains articles te plairont !
      Imran.

  3. Steves Blackhats 30 mars 2017

    Bravo, je vois que tu as commencé le blog. Belle plume!

    • Imran Yazidi 31 mars 2017 — Post Author

      Merci beaucoup Steves !
      Oui, il était temps ahah ! J’espere que le reste te plaira !
      Imran.

  4. Jean Nsiala 3 avril 2017

    J’aime beaucoup la plume et l’histoire que tu racontes, ce choc ou ce décalage qu’on ressent quand on passe de la banlieue aux études dans Paris, et le changement qui s’opère quand on compose avec ces deux mondes. C’est un peu mon vécu et ça fait plaisir de trouver quelqu’un qui vit la même chose. Vivement les futurs posts.

    • Imran Yazidi 3 avril 2017 — Post Author

      Merci beaucoup Jean !
      Ca me fait plaisir que tu aies pu te sentir représenté par ce texte ! Merci encore pour tes encouragements, le prochain post arrive bientôt, j’espère qu’il te plaira !
      Imran.

  5. Y • J 3 avril 2017

    Pas mal du tout ! Impatient d’en voir plus 👀

    • Imran Yazidi 3 avril 2017 — Post Author

      Merci beaucoup !
      J’espère que la suite te plaira tout autant !
      Imran.

  6. Millena Tazi 9 avril 2017

    Mon frère et toi faites une bonne équipe
    C’est tellement bien rédiger et les photos sont belles

  7. Millena Tazi 10 avril 2017

    De rien big bro ✨

  8. Besse 4 juin 2017

    Bonjour Imran,
    Bravo ! Belle plume et très belle analyse de ces deux mondes qui ont parfois un peu de mal à coexister. Pour ma part, je l’ai vécu et Annie Ernaux m’a beaucoup aidé avec son livre “la place” dans lequel elle décrit bien ce passage entre ces deux mondes.
    Poursuis ton blog et tes écrits. Maintenant que j’ai découvert cette autre facette de ta personne, je vais être une de tes grandes admiratrices 😉
    Merci pour cette flânerie bien agréable.

    • Imran Yazidi 5 juin 2017 — Post Author

      Merci beaucoup ! Ca me touche énormément d’avoir une telle admiratrice ahah !
      Je continuerai et j’espère que ça vous plaira toujours autant !

  9. Sarah Aissaoui 29 juin 2017

    Je trouve que ton ressentis est véritablement bien décrit, je m’y reconnais énormément dedans.
    Continue, c’est un réel plaisir de te lire !

    • Imran Yazidi 29 juin 2017 — Post Author

      Merci beaucoup pour ton commentaire !
      J’espère que mes autres articles et mes articles futurs te plairont !

Leave a Reply

© 2017 Jeune Flaneur

Theme by Anders Norén