Jeune Flaneur

Le blog d'un parisien qui te parle mode, lifestyle, voyage et culture.

Flâner à Grenade

Quitter la grisaille pour s’envoler au pays de Cervantès afin de marcher sur les traces des grands sultans andalous. Tel fut le leitmotiv de cette escapade. Un voyage en terre espagnole au climat clément, à la découverte des héritages de la présence musulmane. Un bref aparté avant la reprise.

L’Andalousie, cette terre riche d’histoire, d’architecture aux influences multiples à seulement 2h de vol de Paris. Trois villes ayant fait et faisant encore la splendeur de l’Andalousie : Grenade et son Alhambra, Cordoue et sa mosquée-cathédrale puis Séville et son fameux Alcazar.

Je débuterai alors par notre voyage à Grenade qui sera le sujet de cet article. Le point d’ancrage de ces quelques jours passés dans cette ville fut l’hôtel Triunfo situé non-loin du centre historique. Nos premiers instants dans la ville nous permirent de renouer avec la chaleur de la région et de nous détacher de la fraîcheur parisienne. Une fois installés, notre première balade fut le moment d’un premier constat : les rues étaient désertes. Un sentiment qui dura pendant presque l’entièreté du voyage ; outre les rues touristiques du centre historique, le reste de la ville n’était que peu fréquenté.

Les rues typiques de la ville, aux allures méditerranéennes, nous emmenèrent dans ces fameuses rues touristiques où les petites échoppes de souvenirs jonchaient le palais royal et la grande cathédrale. Cette dernière comme cachée à la vue de tous, est un véritable mastodonte parmi les rues étroites qui l’entourent. La petite place qui lui fait face me permit de me rendre compte de l’aspect titanesque de cette cathédrale caractéristique du style renaissance. Cette dernière est le témoignage de l’importance de la chrétienté en Espagne à l’instar du culte dont fait l’objet Isabelle la Catholique qui entérina la Reconquista. Cette dernière devint alors l’icône de la chrétienté espagnole en s’emparant des derniers émirats d’Andalousie dont Grenade fut le dernier bastion.

Cette influence se fait particulièrement ressentir dans l’architecture de la ville, le quartier de l’Albaícin, qui fut probablement mon coup de cœur, en est le parfait témoignage. Des rues étroites, des maisons blanches aux ornements colorés, des échoppes de vendeurs de cuirs, de souvenirs, de sacs, des restaurants etc. Tout cela bâti sur une colline qui fait face à l’Alhambra.
Ce quartier, l’un des plus anciens de Grenade, succéda à une cité antique nommée Elvira. L’importance de cette influence arabo-musulmane est notamment dû au fait qu’elle abritait les juifs et les musulmans pauvres qui fuyaient la Reconquista espagnole.
Par conséquent, son poids historique et culturel en font le quartier le plus typique et le plus pittoresque de Grenade où il fait bon se perdre, chaque rue offrant une expérience unique à son visiteur.

Contemplant et contournant la majestueuse forteresse de l’Alhambra, les rues nous emmenèrent sur les hauteurs de la ville. Il nous fallut traverser le domaine public pour atterrir dans ce petit coin de paradis qu’est le parc Carmen de Los Martires. L’endroit est peu fréquenté, souffrant de l’ombre que lui fait l’Alhambra, il n’en est pas moins agréable et magnifique. De grands jardins où cohabitent paons et oies autour de lacs, fontaines et autres points d’eau. Les labyrinthes végétaux perdent les promeneurs jusqu’à leur offrir un panorama singulier et unique sur la ville en contrebas et les montagnes de la Sierra Nevada.

Le clou du voyage fut bien évidemment l’Alhambra de Grenade. Ce domaine composé de palais et autres forteresses n’est autre que le joyau de la ville et son histoire, l’un des plus importants témoignage de la présence musulmane dans la région. Ces édifices grandioses reflètent les transformations qu’ont subit la ville et le domaine. Ce dernier étant composé de quatre principaux palais dont l’Alcazaba, le Generalife, le palais Nasride et le palais de Charles Quint. Ces palais nous font voyager à travers l’histoire de l’Espagne. Au travers de l’architecture, l’Alhambra témoigne de l’installation musulmane par la sobriété des premiers édifices arabo-musulmans, en passant par l’exubérance des sultans andalous au travers d’une architecture hispano-mauresque pour enfin finir avec le palais érigé en l’honneur de la puissance de Charles Quint.
Les jardins qui jonchent ces palais et le panorama offert par la position plus qu’avantageuse de la forteresse en font une visite incontournable digne du monument inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette visite fut l’une des plus belles qu’il m’ait été donné de faire.

Mon voyage en Andalousie débuta par Grenade. Mon passage dans cette ville aux rues étroites et au passé glorieux se conclut à l’Alhambra, véritable témoignage de toutes les étapes qui fondèrent l’histoire et l’identité de Grenade. Cette première escapade répondait à mes attentes, mais le meilleur reste à venir

N’hésitez pas à vous abonner à la newsletter et à partager cet article si vous l’avez apprécié.

Vous pouvez aussi me suivre sur Instagram et Facebook pour ne rien rater de mes aventures de flâneur.

Flânement vôtre,

Imran.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2017 Jeune Flaneur

Theme by Anders Norén