Jeune Flaneur

Le blog d'un parisien qui te parle mode, lifestyle, voyage et culture.

Entre éthique et bon goût

« L’industrie de la mode est la deuxième industrie la plus polluante »

Depuis ces dernières années, s’impose l’image d’une société de consommation toujours plus vorace et consumériste. En effet, notre manière de consommer impacte largement les questions environnementales mais aussi sociales. Une prise de conscience est alors nécessaire pour éviter ces débordements, s’exprimant souvent par le besoin de trouver de nouvelles alternatives.

Cet état d’esprit est d’autant plus présent lorsqu’il s’agit du secteur de la mode. L’industrie textile ne fait pas exception à la règle occupant la position de deuxième industrie la plus polluante. Ce secteur nécessite d’autant plus une prise de conscience à l’intérieur même du marché. Des changements et des actions ont déjà été entrepris, notamment dans le luxe au travers par exemple des engagements très polémiques de Vivienne Westwood. Ils s’observent aussi à une échelle plus restreinte où des créateurs et autres acteurs du textile se tournent vers une production davantage responsable en proposant des pièces de qualité sans lésiner sur l’esthétisme à l’instar de mes amis de chez Saudade de Paris. (Ci-dessous, l’une de leurs créations portée par moi-même)

Pour ma part, la prise de conscience fut amorcée à la faveur d’un documentaire intitulé « The True Cost », signifiant littéralement « le vrai prix ». Ce dernier, disponible sur Netflix, s’est évertué à dévoiler la face cachée de cette industrie textile dont l’ampleur de la gravité fut révélée par l’effondrement du Rana Plazza à Dacca.

Néanmoins, plusieurs questions subsistaient en moi à la suite de ce visionnage. Certes j’aimerais pouvoir acheter de manière plus responsable dans un souci éthique et moral mais puis-je trouver satisfaction en terme de style et de prix ?
Ainsi, comment faire pour allier l’éthique, l’achat responsable, tout en gardant un dressing fourni avec des pièces qui nous plaisent sans pour autant se ruiner ?
Comme vous l’avez compris, je suis encore étudiant. Par conséquent, j’ai évidemment des moyens assez limités et ne peux donc m’offrir ces vêtements dont les prix restent relativement élevés ; et ce, même si le concept, la démarche et le produit me plaisent … alors comment faire ?

Tout d’abord, j’ai commencé par rationaliser mes achats. C’est-à-dire que j’ai adopté une démarche qui privilégie davantage l’aspect qualitatif au quantitatif : j’achète moins mais mieux.
Pour autant, la qualité a un prix. Ainsi, pour acquérir certaines pièces, fabriquées dans de belles matières, localement (ou dans des pays très développés tels que les États-Unis, la France, le Japon ou encore les pays scandinaves), il est nécessaire de mettre la main à la poche.

Néanmoins, il est possible que même les acteurs de la mode éthique et responsable, adeptes du travail soigné, ne puissent répondre à vos attentes en terme de style, de coupe etc. Aussi, il se peut que vous n’ayez d’autres choix que de faire un compromis et vous tourner vers les enseignes de fast-fashion.
Ces dernières peuvent alors sembler beaucoup plus attractives pour le consommateur de par les prix des produits proposés. Cependant, il est à noter que ces marques, pour proposer ces tarifs imbattables sont amenées à lorgner sur la qualité des matériaux utilisés, sur la qualité du travail de confection ou encore sur le traitement des travailleurs.

Concernant ces belles pièces de bonnes factures, la période des soldes offre une opportunité en or pour les acquérir à des prix beaucoup plus abordables. Durant cette période de rabais, il ne faut donc pas hésiter à s’intéresser à des enseignes, maisons et autres marques plus difficilement accessibles en temps normal. De plus, il semble sage de cibler les pièces à l’avance et d’anticiper le budget à investir. Ajoutons à cette opportunité, les ventes privées ! Ici, les parisiens sont favorisés, au travers notamment de l’entreprise Arlettie. Cette dernière, s’occupe d’organiser régulièrement dans l’année, des ventes privées principalement pour de grandes maisons telles que Lanvin, Carven ou encore d’autres enseignes telles que Balibaris et The Kooples.

Ces ventes privées et autres bons plans vous permettant de faire l’acquisition de ces pièces, feront quant à eux l’objet d’articles futurs plus approfondis !

En attendant, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter  et à me suivre sur Instagram et Twitter sous le nom @ImRanFou.

 

Flânement vôtre,

Imran.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2017 Jeune Flaneur

Theme by Anders Norén