Jeune Flaneur

Le blog d'un parisien qui te parle mode, lifestyle, voyage et culture.

Androgynie Vestimentaire

« Une personne androgyne est un être humain dont l’apparence ne permet pas de savoir à quel sexe ou genre il/elle appartient. Le terme vient du grec ancien anèr (andros au génitif) signifiant homme, et gun qui signifie femme. »

Le concept d’androgynie fut très obscur pour moi jusqu’il y a peu. En effet, tout ce qui attrait à la confusion des genres me fut longtemps abstrait et incompréhensible, voire même lointain. Cependant, l’année passée je me rendis compte que ce concept ne m’était pas si étranger, je n’en avais juste pas conscience, du moins pas encore.
Cette « prise de conscience » se fit au détour d’un shooting. Je fus contacté pour participer à une séance photo à la demande d’un étudiant talentueux en école de mode. Le thème de cette session : le voyage d’un homme dans le vestiaire d’une femme. Cette collaboration marqua mes premiers balbutiements dans ce que l’on appelle l’androgynie vestimentaire. En outre, ce fut mes premières révélations, malgré le fait que je fus inconfortable avec certaines pièces, il en fut d’autres pour lesquelles j’eus une vraie attirance.

Extrait du shooting “voyage d’un homme dans le vestiaire d’une femme”.

Dès lors, mon esprit s’ouvrit à d’autres possibilités. Je pris la décision d’adopter une vision décomplexée de la question du genre dans le cadre vestimentaire. Cette résolution me permit de composer un vestiaire totalement masculin avec des pièces arrachées au vestiaire féminin. Ainsi, l’usage fait de ces pièces leur permit de perdre leur caractère sexué ou genré : c’est le voyage de pièces féminines dans le vestiaire d’un homme.

Ici, je porte un jean taille haute cheap monday pour femme et une paire de K-swiss X Colette destinée aussi aux femmes.

Par ailleurs, je fis le constat que nombre d’objets vestimentaires que ce soit des accessoires ou des pièces à proprement parler furent accordés par convention au vestiaire féminin. Ces derniers furent alors détournés peu à peu pour se faire une place dans le vestiaire masculin. Tout d’abord avec les bagues et les boucles d’oreilles qui, sorties du cadre protocolaire ou traditionnel, se sont imposées comme étant des accessoires destinés aux femmes. Néanmoins, nombre d’hommes en portent, ajoutant une touche plus élégante et sophistiquée à leur tenue. Ajoutons aussi, les jeans coupe « skinny » qui furent longtemps la chasse gardée des femmes.
En outre, nous pouvons évoquer les tentatives de détournement du vestiaire féminin par de nombreuses célébrités (notamment issues de la scène Hip-hop) tels que Kid Cudi avec le crop top, Kanye West avec la jupe ou encore Young Thug et ses nombreuses extravagances vestimentaires.

Kid Cudi et son fameux Crop Top.

Par conséquent, masculin, féminin, les frontières entre les genres sont de plus en plus poreuses. La définition du genre du vêtement étant encore une fois à la merci de celui ou celle qui le porte. De surcroit, cet état de fait présente des avantages évidents. En effet, l’androgynie vestimentaire permet de contourner certaines contraintes liées à la morphologie, au goût, aux coupes ou encore aux couleurs … Certains modèles n’étant disponibles que pour un sexe, s’ouvrir à l’autre genre permet dès lors d’ouvrir son champ des possibles et les pièces pouvant être acquises.

Ici je porte un kimono pour femme de chez Mango.

Cet état d’esprit, et cette entreprise ne sont que peu présents chez les hommes mais ont débuté depuis bien longtemps chez les femmes. Ces dernières s’amusent depuis un bon moment maintenant à agrémenter leurs tenues de pièces masculines. Nous autres hommes, ne sommes exempts de quelques prêts dans nos gardes-robes de la part de la gente féminine. Les femmes ont dès lors très tôt adopté cette attitude désinvolte et décomplexée face à la question qui lie le genre au vêtement, attitude qui fut notamment à l’origine de la création du jean « boyfriend ».

Finalement, ce caractère androgyne du style vestimentaire prend de plus en plus d’ampleur. Présent depuis longtemps chez la femme, il est néanmoins plus récent chez son homologue masculin. Dans cette dynamique, on assiste donc ces dernières années, à l’émergence de marques, studios et autres maisons de création qui élaborent pour la plupart des vestiaires presque entièrement « unisexes » visant à proposer une expérience stylistique et une offre vestimentaire identique à l’homme et à la femme.

Ensemble unisexe de chez Saudade de Paris.

N’hésitez pas à vous abonner à ma newsletter et à mon compte instagram pour ne rien rater.

Flânement vôtre,

Imran.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2017 Jeune Flaneur

Theme by Anders Norén